Pier-André CôtéPORTE-PAROLE

    Bien que mon casque soit mon compagnon quotidien maintenant que je pratique le cyclisme sur route de haut niveau, il m’a sauvé bien des dommages lors de certaines occasions particulières. En effet, lors de chutes un peu plus brutales que d’autres, j’ai à quelques reprises brisé des casques autant en ski, en pratiquant le hockey ou bien en vélo. Si je n’avais pas porté de casque lors de ces occasions, je ne serais probablement pas en mesure d’être cycliste de haut niveau aujourd’hui, et encore moins d’étudier en actuariat à l’université Laval !