CONCOURS JAMAIS SANS MON CASQUE

Bannière officielle | Concours Jamais sans Mon Casque 2020

Jamais sans mon Casque
Pour sensibiliser les adolescents au port du Casque
Édition 2020

 

 

Concours d’écriture de scénarios pour
sensibiliser les adolescents au port du Casque

 

Mobilise-toi en participant au concours Jamais Sans Mon Casque.  Envoie-nous un scénario sur le thème de l’importance du port du casque et tu pourrais gagner la chance de voir ton scénario réalisé sous la forme d’un court métrage, diffusé sur les réseaux sociaux dans le cadre d’une campagne de sensibilisation à l’échelle du Québec!

Notre organisme

Chez Avec Toute ma Tête, notre mission, est de prévenir les blessures à la tête (Traumatismes Crâniens) et de soutenir toute personne qui a subi ce type de blessures. Pour désigner l’ensemble de ces réalités, on va utiliser le terme TCC. Si tu ne connais pas ce terme, rends-toi à la page Vocabulaire du TCC pour apprendre plein de choses sur ce sujet.

Nous venons également en aide à toute personne entre 12 et 18 ans qui souhaite créer des ateliers dans son école ou un autre milieu jeunesse: un Satellite, c’est un espace sécuritaire ouvert à tout le monde, grâce auquel on peut faire de la sensibilisation, mais aussi collaborer auprès de notre communauté afin de prévenir ces blessures .

Tu comprends maintenant pourquoi notre concours concerne les enjeux quant aux comportements à risques, les environnements sécuritaires et les modes de protection. Aider les personnes qui se sentent concernées par ces réalités-là, c’est notre raison d’être!

Comment participer au concours?

Pour participer, rien de plus simple. Il te suffit de :

À partir de là, toi et ton équipe êtes libres de créer un scénario original qui ferait, selon vous, une belle capsule vidéo à diffuser sur les réseaux sociaux. Alors n’hésitez plus, laissez parler votre imagination, et envoyez-nous un scénario pour sensibiliser vos pairs et camarades sur l’importance de porter un casque et pour partager vos idées de solutions!

Qui peut participer?

Pour postuler au concours, toi et les membres de ton équipe devez soit avoir entre 12 ans et 18 ans, soit fréquenter une école secondaire, un milieu jeunesse (Maison de jeunes). Par ailleurs, nous encourageons les personnes appartenant à un groupe traditionnellement marginalisé et les personnes issues de la diversité culturelles, sous toutes ses formes, à poser leur candidature.

À savoir : Les Traumatismes Crâniens, ça touche tout le monde! Parfois, des personnes de ton âge peuvent subir la même blessure sérieuse à la tête et ces vies impactées sont tout aussi grave.

Que gagne-t-on?

Si votre scénario est sélectionné, votre vidéo sera réalisée par une équipe professionnelle et vous pourrez participer au tournage de votre vidéo, avec encadrement par l’équipe de tournage professionnelle.
Les équipes gagnantes pourront se joindre au tournage qui aura lieu à Victoriaville (transport, hébergement et repas compris) et même jouer dans leur propre vidéo si elles le souhaitent. Des activités seront également proposées!

De plus, chaque personne faisant parti des groupes gagnants, recevra un ensemble Casque, lunettes, maillot et gants (Valeur de 250,00$/chaque).

L’organisation derrière chaque groupe gagnant quant à elle recevra une bourse de 250,00$ en argent et des passes pour des entrées cinéma de groupe.

Alors, si vous avez un esprit créatif et le désir d’agir pour le changement, ce concours est fait pour vous!

Notre jury d’exception
À dévoiler bientôt!

Programme présenté par

 

Partenaires

Ministère de la Santé et des Services sociaux
Association des Pédiatres du Québec
Association des médecins d’urgence du Québec
Association des neurologues du Québec
Fédération des établissements d’enseignement privés

Règlement du concours

 

Obtenez la version PDF du règlement du concours ici. To view the contest rules in English, click here.

 

1. Dates importantes

Date de lancement du concours : 20 février 2020.
Date butoir d’envoi des scénarios : 20 avril 2020.
Dévoilement des personnes gagnantes : 25 avril 2020.
Tournage des capsules vidéo : pendant la fin de semaine, du 2 au 3 mai 2020.
Diffusion des capsules vidéo sur les réseaux sociaux : prévue au printemps 2020, sous forme d’une campagne de sensibilisation.

 

2. Critères d’admissibilité au concours

Toi et les membres de ton équipe devez soit avoir entre 12 ans et 18 ans, soit fréquenter une école secondaire, un milieu jeunesse (maison des jeunes).
Les groupes présentant un scénario doivent être composés de 3 à 8 personnes.
L’aide d’adultes est autorisée.
Nous encourageons les personnes appartenant à un groupe traditionnellement marginalisé et les personnes issues de la diversité, sous toutes ses formes, à poser leur candidature.

 

3. Comment participer?

Il suffit de remplir entièrement le dossier de candidature et de nous l’envoyer au plus tard le 20 avril 2020, accompagné de votre scénario, par l’une des deux voies suivantes :
Courriel : jamaissansmoncasque2020@gmail.com
Voie postale :
Concours Jamais sans mon Casque
28 10 ieme Avenue Sud
Sherbrooke (QC) J1G 2R5

Un seul dossier de candidature et un seul scénario seront acceptés par groupe.
Le dossier doit être complet et les informations données doivent être exactes.
Vous pouvez également tourner un extrait ou une vidéo d’essai et l’envoyer avec votre dossier de candidature, mais ce n’est pas obligatoire.

 

4. Description des prix

Assister ou participer au tournage de votre vidéo, avec encadrement par l’équipe de tournage professionnelle.
Participation au tournage de votre vidéo (optionnel).
Un séjour à Victoriaville avec des activités pour vous et votre groupe. (Hôtel repas, activités incluses).
De plus, chaque personne faisant parti des groupes gagnants, recevra un Ensemble Vélo- Casque, lunettes, maillot et gants (Valeur de 250,00$/chaque).

 

5. Conditions générales de participation au concours

Cinq scénarios seront sélectionnés parmi toutes les candidatures présentées. Pour qu’un scénario ait la chance d’être désigné gagnant, voici les conditions à respecter :

Durée :
Les capsules doivent durer entre 1 et 3 minutes maximum.

Critères d’évaluation des scénarios :
Votre scénario sera évalué sur la base des critères suivants :
Respect du thème , originalité, structure de l’histoire, style d’écriture, caractérisation des lieux et des personnages, impact de la fin (message) et faisabilité du scénario.

Contenu des scénarios :
Votre synopsis (intrigue de votre scénario) doit s’inspirer de l’un des thèmes que nous proposons, et doit concerner les réalités liées aux blessures à la tête, aux comportements à risque ou aux pratiques sécuritaires
Les scénarios doivent être écrits en langue française ou en langue anglaise. Ce concours est entièrement bilingue, c’est-à-dire que les capsules seront réalisées dans la langue dans laquelle elles ont été écrites et elles seront sous-titrées dans l’autre langue.
Toutes les formes d’écriture sont admises, à condition que le résultat soit lisible, compréhensible et clair : textes, dialogues, dessins, schémas, etc. Nous vous conseillons cependant de taper vos scénarios à l’ordinateur et d’envoyer des pages imprimées, cela facilitera la lecture pour notre jury. Si le contenu n’est pas clairement lisible, la candidature ne sera pas retenue.
Votre scénario ne doit pas contenir uniquement des dialogues : il faut donner le plus de détails possibles pour que l’on comprenne bien les scènes, en précisant au minimum le type d’espace (parc, école, rue, etc.) dans lequel se déroule l’action et le nombre de personnes requis pour faciliter la préparation des journées de tournage des capsules.
Votre scénario doit être réaliste et réalisable.
Aucun plagiat d’un autre scénario ou d’une autre vidéo ne sera retenu : les scénarios proposés doivent être originaux.
Vous pourrez jouer dans votre propre vidéo, mais ce n’est pas obligatoire. Vous devrez préciser si vous souhaitez apparaître dans la capsule vidéo, et le rôle que vous souhaitez jouer. Idéalement, les personnes souhaitant jouer dans leur vidéo devront avoir des compétences théâtrales, afin d’assurer la qualité des capsules réalisées. Des auditions auront lieu à la fin du mois d’avril 2020 pour les membres des équipes gagnantes qui souhaitent jouer un rôle dans leur vidéo. En fonction de votre lieu de résidence, l’entrevue pourra se faire en personne ou par Skype.

Clauses de participation :
En participant au concours, vous ou votre parent ou responsable légal, convenez que le scénario soumis devient la propriété d’Avec Toute ma Tête, qu’il ne vous sera pas renvoyé, et que vous renoncez à tous les droits de propriété intellectuelle et droits d’auteur inhérents au scénario soumis à Avec Toute ma Tête dans le cadre du présent concours, qu’il fasse partie ou non des scénarios gagnants.
Vous accordez à Avec Toute ma Tête une permission libre de droits, perpétuelle, irrévocable et mondiale sur l’utilisation, la reproduction, la modification, l’adaptation et la publication de votre scénario de quelque manière que ce soit et dans tous les médias sous la forme de documents électroniques ou imprimés liés au concours.
Vous renoncez à tous les droits moraux que vous avez sur ce scénario au profit d’Avec Toute ma Tête.
En cas de sélection du scénario par le jury, vous convenez qu’Avec Toute ma Tête a le droit de modifier le titre ou le contenu de votre scénario pour les besoins de réalisation du court métrage.

 

6. Informations pour les personnes gagnantes

Les groupes d’élèves ayant gagné et souhaitant bénéficier de leur prix doivent être disponibles lors de la fin de semaine du 2 au 3 mai 2020, car c’est lors de cette fin de semaine que seront tournées les capsules vidéo. Bien entendu, il est tout à fait possible de ne pas assister ou participer au tournage de sa capsule vidéo et de ne pas jouer dedans.
Les capsules seront tournées à Victoriaville. Pour les personnes gagnantes, le transport, l’hôtel, les activités et la nourriture seront pris en charge par Avec Toute ma Tête.
Une personne adulte responsable de 18 ans et plus est requise par groupe pour encadrer et accompagner les jeunes lors des journées de tournage des capsules.
Nous fournirons une fiche d’autorisation que chaque élève de moins de 18 ans devra faire signer par un parent et nous remettre afin de pouvoir bénéficier des activités du séjour et assister au tournage des capsules.
Les vidéos réalisées seront diffusées au printemps 2020 sur les réseaux sociaux dans le cadre d’une campagne de sensibilisation au port du casque chez les Adolescents.

 

7. Nous contacter

Si vous avez besoin d’informations supplémentaires, ou pour toute question relative au concours, vous pouvez joindre Simon Poulin, Directeur des programmes formations et prévention chez Avec Toute ma Tête, au 819-640-1406 ou par courriel à jamaissansmoncasque2020@gmail.com

Documents à télécharger pour participer au concours

 

Pour participer au concours Jamais sans mon Casque pour sensibiliser les Adolescents au Port du Casque, il suffit de consulter notre liste de thématiques ici et d’en choisir une qui vous inspire. À partir de là, toi et ton équipe êtes libres d’écrire un scénario correspondant à cette thématique, puis de nous l’envoyer accompagné de votre dossier de candidature complété. C’est aussi simple que ça!

Dossier de candidature

Vous pouvez remplir le dossier de candidature en ligne : Formulaire Candidature
Si vous préférez le remplir manuellement et nous l’envoyer par courrier, vous pouvez obtenir la version PDF de ce document ici.

To view the English application form PDF, click here.

Liste des thématiques

Obtenez la liste des thématiques en version PDF ici. To view the theme list PDF in English, click here.

Ampleur des blessures à la tête chez les cyclistes au Québec

 

Incidence et gravité des traumatismes à la tête chez les cyclistes au Québec

 

En 2015, il y avait au Québec environ 4,2 millions de cyclistes, soit 3,1 millions d’adultes et 1 million d’enfants âgés de 3 à 17 ans 7.

Bien que la pratique du vélo soit, somme toute, une activité bénéfique, elle cause chaque année un certain nombre de blessures, dont certaines pouvant être graves. Le port du casque de vélo est la seule mesure disponible pour prévenir ce type de blessures en cas de chute ou de collision. Cependant, afin de bien saisir le potentiel de cette mesure, il est nécessaire de bien comprendre l’ampleur du problème des blessures à la tête, ce qui nécessite de dresser un portrait à jour de ce type de blessures chez les cyclistes au Québec et d’identifier les causes, les circonstances et les caractéristiques socio-démographiques attribuables à ces blessures.

Les données sur les traumatismes attribuables à la pratique du vélo proviennent de deux bases de données, soit le fichier MED-ÉCHO et le Fichier des décès. Ces bases de données ont été utilisées pour sélectionner les cas d’hospitalisations et de décès chez les cyclistes au Québec. L’utilisation de ces bases de données sous-estime néanmoins le nombre total de traumatismes à vélo puisque les traumatismes moins sévères n’ayant pas nécessité l’admission dans un centre hospitalier n’ont pas été pris en considération.

De 2001 à 2011, au Québec, 289 décès à vélo ont été dénombrés pour un nombre moyen de 24 décès par année. La majorité de ces décès (22/24) sont survenus sur la voie publique. De ces décès, 82 % sont survenus lors d’une collision avec un véhicule motorisé et 18 % sans collision avec un véhicule motorisé. Pour l’ensemble des décès, 60 % étaient associés à au moins une blessure à la tête, ce qui correspond à un taux annuel moyen global de 0,2 décès par 100 000 personnes-année.

Les décès associés aux blessures à la tête étaient plus élevés chez les cyclistes de sexe masculin que ceux de sexe féminin (0,1 contre 0,3 par 100 000 personnes-année, respectivement). Les enfants âgés de 10 à 15 ans constituaient le groupe d’âge avec le plus haut taux de décès à vélo avec des blessures à la tête avec 0,4 décès par 100 000 personnes-année. Fait à noter, les décès subis lors de la pratique du vélo représentent 3,5 % de l’ensemble des décès associés à un incident de transport.

Outre les décès, de 2006-2007 à 2013-2014, les traumatismes subis à vélo ont causé en moyenne annuellement 887 hospitalisations. Pour l’ensemble des hospitalisations, 30 % avaient au moins un diagnostic de blessures à la tête (n = 268), ce qui représente un taux annuel moyen global de 3,6 par 100 000 personnes-année.

Les trois quarts des hospitalisations (n = 198/268) pour blessures à la tête chez les cyclistes sont survenus sur la voie publique. De ces 198 hospitalisations, 32 % sont survenues lors d’une collision avec un véhicule motorisé et 65 % sans collision avec un véhicule motorisé. Le taux d’hospitalisations pour blessures à la tête était plus élevé chez les cyclistes de sexe masculin que ceux de sexe féminin (5,58 contre 1,63 par 100 000 personnes-année, respectivement). Il était aussi plus important chez les enfants âgés de 6 à 9 ans et les jeunes âgés de 10 à 15 ans (7,6 et 9,9 par 100 000 personnes-année, respectivement) comparativement aux adultes âgés de 20 à 29 ans et ceux âgés de 30 à 39 ans (2,7 et 2,0 par 100 000 personnes-année, respectivement).

Pendant cette période, ces traumatismes représentaient la deuxième cause d’hospitalisations à la suite d’un incident de transport (17,3 % des cas) derrière les occupants de véhicules à moteur (36,9 %) et devant les piétons (10,7 %) et les motocyclistes (10,6 %).

Les cyclistes hospitalisés avec au moins une blessure à la tête ont reçu en moyenne 4,4 diagnostics, dont 2,6 pour des blessures à la tête et 1,8 pour des blessures à d’autres parties du corps. Les cyclistes sans blessure à la tête, quant à eux, ont reçu en moyenne 1,6 diagnostic. Les cyclistes blessés à la tête avaient une durée médiane de séjour de 4 jours d’hospitalisation et 27 % ont été admis aux soins intensifs.

En comparaison, la durée de séjour médian chez les cyclistes qui n’étaient pas blessés à la tête était de 3 jours et 5 % ont été admis aux soins intensifs. L’indice moyen de gravité était plus important (PSD = 0,84) lorsqu’il y avait au moins une blessure à la tête comparativement aux hospitalisations associées à d’autres blessures qu’à la tête (PSD = 0,97). Il apparaît donc que les cyclistes avec un traumatisme à la tête ont un plus grand nombre de blessures et des blessures plus graves que les cyclistes sans traumatisme à la tête.

Parmi l’ensemble des cyclistes hospitalisés pour au moins une blessure à la tête, près de 68 % ont souffert d’une blessure intracrânienne, 43 % d’une blessure au visage ou aux oreilles et 27 % d’une blessure au crâne. Ces mêmes cyclistes ont également subi des blessures à d’autres régions du corps, dont près de 35 % aux membres supérieurs, 25 % au thorax et à l’abdomen et 21 % aux membres inférieurs.

Il n’y a pas de tendance claire dans l’évolution des décès entre 2000 et 2011. Durant cette période, les décès à vélo ont varié entre 0,1 et 0,3. Par contre, les estimations réalisées dans ce rapport suggèrent qu’au Québec le taux d’hospitalisations attribuables aux traumatismes à vélo et plus spécifiquement aux blessures à la tête a diminué depuis le milieu des années 2000. Il est à noter que plusieurs facteurs peuvent expliquer ces variations notamment les changements de la prise en charge des cyclistes à l’hôpital, l’évolution du nombre de cyclistes au Québec et du kilométrage parcouru, le développement des infrastructures cyclables et l’utilisation des équipements de protection, dont le port casque de vélo.

Document Complet INSPQ PDF ICI

 

Les circonstances entourant les décès liés au cyclisme au Canada, 2006 à 2017

Statistique Canada – No 82-625-X au catalogue

 

Bien que le cyclisme soit à la fois un moyen de transport, un loisir et une activité physique dont les bienfaits pour la santé sont reconnus, des événements entraînant des traumatismes peuvent survenir.

Selon les données de la Base canadienne de l’état civil – décès (BCDECD), entre 2006 et 2017, 890 cyclistes sont décédés au Canada, ce qui correspond à 74 décès en moyenne par année 1. Au cours de la même période, le taux de décès liés au cyclisme normalisé selon l’âge a diminué passant de 2,5 en 2006 à 1,3 décès pour 1 000 000 d’habitants en 2017 2. De façon similaire, le taux brut de collision impliquant un cycliste a diminué, passant de 228 à 151 pour 1 000 000 d’habitants entre 2006 et 2017 3.

Les collisions avec un véhicule motorisé ont constitué 73 % des décès de cyclistes (BCDECD). Les autres événements qui ont mené à des décès liés au cyclisme incluent par exemple, les collisions avec un autre cycliste ou un objet stationnaire (25 %). Dans 2 % des évènements liés au cyclisme ayant conduits au décès, la cause reste inconnue.

La connaissance des circonstances entourant les décès liés au cyclisme constitue un point de départ pour la mise en œuvre d’actions préventives. Bien que les circonstances ne soient pas toujours connues, des observations importantes peuvent émerger de ce qui a été rapporté.

Environ 1 cycliste sur 3 décédés lors d’un événement fatal ne portait pas de casque

Le port de casque est reconnu comme étant un des moyens de protection contre les traumatismes crâniens à vélo. Dans 48 % des décès liés au cyclisme, l’information concernant le port de casque a été rapportée dans la Base canadienne de données des coroners et des médecins légistes (BCDCML) 4. De 2006 à 2017, 32 % des personnes décédées lors d’une activité de cyclisme ne portaient pas de casque.

La proportion de cyclistes décédés qui ne portaient pas de casque était plus élevée parmi les hommes

Au Canada, la proportion de cyclistes qui ont déclaré toujours porter un casque à vélo en 2017 était plus élevée parmi les femmes (49 %) que parmi les hommes (43 %)5. Selon les données de la BCDCML, parmi les cyclistes de sexe masculin décédés, 34 % ne portaient pas leur casque, comparé à 21 % parmi les cyclistes de sexe féminin.

La proportion de cyclistes décédés qui ne portaient pas de casque était plus élevée parmi les jeunes cyclistes de moins de 20 ans

Plus de 4 cyclistes sur 10 de moins de 20 ans (44 %) et plus du tiers (34 %) de ceux entre 20 et 34 ans, décédés, ne portaient pas de casque au moment de l’évènement fatal. La proportion de cyclistes décédés qui ne portaient pas de casque était similaire parmi ceux de 50 à 64 ans (31 %) et ceux de 65 ans et plus (31 %). Chez les cyclistes décédés entre 35 et 49 ans cette proportion était de 25 %.

Document Complet STAT-Blessures Vélo PDF ICI

 

Lorsque la planche à roulettes conduit à l’hôpital

 

Hôpital de Montréal pour enfants :
2013:
206 cas dont 172 skateboards, 28 longboards.
2014:
173 cas dont 154 skateboards 19 longboards.
2015 depuis avril:
86 cas dont 78 skateboards, 8 longboards.

CHU Ste-Justine:
Entre 100 et 120 cas par année depuis 2010.

Source: Hôpital Montréal pour enfants-Dre Marie-anne Beaudin

 

Références

Götschi, T., J. Garrard and B. Giles-Corti. 2016. « Cycling as a Part of Daily Life: A Review of Health Perspectives ». Transport Reviews. Vol. 36, no 1 (site consulté le 4 juin 2019).
Goudie, R. and J.L. Page. 2013. « Canadian Academy of Sport and Exercise Medicine position statement: Mandatory use of bicycle helmets ». Clinical Journal of Sport Medicine. Vol 23, 2013, p. 417-418 (site consulté le 14 juin 2019)
Office of the Chief Coroner. 2012. « Cycling Death Review ». Ontario Ministry of Community Safety and Correctional Services (site consulté le 3 mai 2019).
Ramage-Morin, P. L. 2017. « La pratique de la bicyclette au Canada ». Statistique Canada Catalogue no 82-003‑X. Ottawa, Ontario (site consulté le 15 juin 2019).
Transport Canada. 2011. « Sécurité routière au Canada » Transport Canada, numéro de catalogue T46-54/1-2011E. ISBN 978-1-100-18621-4 (site consulté le 5 juillet 2019).

 

Notes

1. La répartition géographique des décès dans ce feuillet d’information est fondée sur le lieu de l’événement.
2. Le taux de décès liés au cyclisme normalisé selon l’âge a été calculé en fonction de la population de 2011 pour tenir compte des différences au sein de la structure par âge des populations comparées.
3. Le taux brut de collision impliquant un cycliste a été calculé en divisant le nombre annuel de collisions ayant entraîné une blessure et impliquant un cycliste (Transport Canada), par la population totale de l’année correspondante. Les données de 2017 sont provisoires.
4. Voir note aux lecteurs.
5. Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes, 2017.

Liens Utiles

 

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1039027/port-casque-defi-tete-la-premiere

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/768902/casque-velo-quebec

 

Centres d’aide

Commotions cérébrales

Les effets bénéfiques d’un mode de vie physiquement actif sur la santé physique, psychologique, et même la réussite scolaire sont bien connus. En revanche, il faut reconnaître que la pratique d’activités physiques peut comporter des risques de blessure, notamment de commotion cérébrale. 

Lorsque ce type de blessure survient, il importe d’appliquer des procédures reconnues en matière de prévention et de gestion. Pour ce faire, les participants, les parents et le personnel d’encadrement doivent connaître leurs rôles et responsabilités et être outillés pour :

 

Documents

 

Liens 

Ministère Santé et Services Sociaux

Inscrivez-vous à l'infolettre!

Joignez notre liste de diffusion afin d'être les premiers informés de nos actualités et événements!

Votre demande a bien été reçue! Veuillez confirmer votre inscription en cliquant sur le lien dans le courriel que nous venons de vous envoyer. Merci!